Articles avec le tag ‘palier’

Question de Martine: Pourquoi dit on de relever les mains en finale?

Vendredi 15 janvier 2010

Parce que !!! …. C’ est un peu court? A bon, alors on va développer.

En plus c’ est pas toujours conseillé de relever les mains en approche, cela depend de l’ aérologie.

Petit rappel: La finale c’ est la ligne droite entre le dernier virage et le posé.

Remonter les mains consiste a augmenter la vitesse de votre aile, ça vous aviez compris! Mais cela diminue aussi l’ incidence (important pour la suite).

Premier cas: Vent nul ou très faible dans toute la partie de vol ou se situe la finale.

Le fait d’ augmenter la vitesse va permettre d’ emmagasiner de l’ energie pour la restituer (transformer cette energie en performance) pour permettre un palier, un arrondi, puis un freinage/arret. Ce qui permet de passer de la vitesse de vol ( 30 à 35 km/h) à presque 0 km/h en 1 ou 2 pas.

Deuxieme cas: Vent soutenu à fort dans toute la partie de vol ou se situe la finale.

Dans ce cas la prise de vitesse ne sert a rien, voir même, peut poser probleme, car vous risquez de faire une ressource (remonter) importante au moment du freinage.

Donc pas de prise de vitesse, il vaut mieux garder un peu de tension dans les commandes et freiner progressivement sans trop

d’ amplitude.

De plus si il y a du vent, il peut y avoir des turbulences, il vaut mieux garder le contact avec sa voile et ne pas trop diminuer l’ incidence.

Troisieme cas: Vent de force variable dans toute la partie du vol ou se situe la finale.

En general le vent faiblit à l’ approche du sol, c’ est le fameux gradient de vent!!

Dans ce cas la prise de vitesse est imperative si on veut contrer les effets du gradient.

A chaque instant où vous vous rapprochez du sol votre vitesse air diminue et votre incidence augmente (votre regime de vol se rapproche des basses vitesses). Sans la prise de vitesse, dans le meilleur des cas vous n’ aurez pas assez d’ energie à restituer pour realiser le palier et l’ arrondi, le freinage/arret on en parle même pas, vous vous poserez comme un albatros. Dans le pire des cas vous risquez parachutale ou décrochage et justement près du sol cela peut faire très mal.

En conclusion: Sachez adapter votre regime de vol, aux conditions aerologiques, au terrain, et a vos besoins.