Archive pour janvier 2010

31 mai/ 5 juin 2010: formation accompagnateur club

Lundi 25 janvier 2010

L’accompagnateur de club est une qualification fédérale qui permet d’encadrer des sorties au sein de son club pour des pilotes niveau vert du passeport FFVL minimum.

L’accompagnateur  organise, prépare et donne les conditions d’accès à la sortie. Il donne des conseils sur l’aérologie du site, les conditions d’exploitation du site mais ne peut en aucun cas enseigner.

Cette formation est un préalable d’accès aux qualifications d’animateur et de moniteur fédéral.

Pour entrer en formation il faut être titulaire du BPC et être présenté par son président de club.

Cette année la ligue BFC via l’école Poupet vol libre organise une formation du 31 ai au 5 juin 2010.

pour tous renseignements contactez Eric Chauvin rrfbfc@poupetvollibre.com ou 06 388 286 98

formation biplace avec l’école

Lundi 25 janvier 2010

Cette année encore la ligue BFC via l’école Poupet vol libre organise des formations fédérales biplace.

3 dates programmées:

les préformations: 27/28 mars- 17/18 avril- 19/20 juin 2010

les compactées: 3/9 avril- 19/25 avril- 5/11 juillet 2010

la validation de la préformation donne accès au compacté

Les pre requis sont:

avoir le brevet de pilote depuis au moins 1 an+ le BPC

avoir une licence FFVL 2010 valide

pour vous inscrire:

envoyez les attestations BP, BPC et licence accompagnées des réglements à l’ordre de la ligue BFC: 80 (préfo)/ 300 (compacté) à l’école Poupet vol libre 39110 Saint Thiébaud

Question de Martine: Pourquoi dit on de relever les mains en finale?

Vendredi 15 janvier 2010

Parce que !!! …. C’ est un peu court? A bon, alors on va développer.

En plus c’ est pas toujours conseillé de relever les mains en approche, cela depend de l’ aérologie.

Petit rappel: La finale c’ est la ligne droite entre le dernier virage et le posé.

Remonter les mains consiste a augmenter la vitesse de votre aile, ça vous aviez compris! Mais cela diminue aussi l’ incidence (important pour la suite).

Premier cas: Vent nul ou très faible dans toute la partie de vol ou se situe la finale.

Le fait d’ augmenter la vitesse va permettre d’ emmagasiner de l’ energie pour la restituer (transformer cette energie en performance) pour permettre un palier, un arrondi, puis un freinage/arret. Ce qui permet de passer de la vitesse de vol ( 30 à 35 km/h) à presque 0 km/h en 1 ou 2 pas.

Deuxieme cas: Vent soutenu à fort dans toute la partie de vol ou se situe la finale.

Dans ce cas la prise de vitesse ne sert a rien, voir même, peut poser probleme, car vous risquez de faire une ressource (remonter) importante au moment du freinage.

Donc pas de prise de vitesse, il vaut mieux garder un peu de tension dans les commandes et freiner progressivement sans trop

d’ amplitude.

De plus si il y a du vent, il peut y avoir des turbulences, il vaut mieux garder le contact avec sa voile et ne pas trop diminuer l’ incidence.

Troisieme cas: Vent de force variable dans toute la partie du vol ou se situe la finale.

En general le vent faiblit à l’ approche du sol, c’ est le fameux gradient de vent!!

Dans ce cas la prise de vitesse est imperative si on veut contrer les effets du gradient.

A chaque instant où vous vous rapprochez du sol votre vitesse air diminue et votre incidence augmente (votre regime de vol se rapproche des basses vitesses). Sans la prise de vitesse, dans le meilleur des cas vous n’ aurez pas assez d’ energie à restituer pour realiser le palier et l’ arrondi, le freinage/arret on en parle même pas, vous vous poserez comme un albatros. Dans le pire des cas vous risquez parachutale ou décrochage et justement près du sol cela peut faire très mal.

En conclusion: Sachez adapter votre regime de vol, aux conditions aerologiques, au terrain, et a vos besoins.

Meilleurs voeux, bonne année

Vendredi 1 janvier 2010

A tous les lecteurs d’Actus’Ailes l’équipe de Poupet souhaite une bonne et heureuse année.